Les méthodes efficaces pour faire rentrer votre argent:

Retards de paiement et impayés coûtent cher aux entreprises. Il existe pourtant des méthodes éprouvées pour donner un coup d'accélérateur aux rentrées d'argent et améliorer ainsi la trésorerie de l'entreprise. Tour d'horizon.

Bonne nouvelle! L'activité économique redémarre, les carnets de commandes se regarnissent. Encore faut-il être en mesure de recouvrer les factures générées par l'activité commerciale. Retards de paiement et impayés coûtent cher aux entreprises. Inversement, se faire payer rapidement permet d'optimiser les besoins en fonds de roulement et de réduire les financements bancaires. En 2008, les délais de paiement en France étaient nettement supérieurs à la moyenne européenne: 67 jours contre 57. C'est pourquoi la loi sur la modernisation de l'économie (LME) a prévu, depuis le 1erjanvier 2009, une réduction de ces délais dans l'objectif d'améliorer le financement des entreprises.

Douze jours de retard de paiement en moyenne
Les délais de paiement entre entreprises sont désormais plafonnés à 60 jours nets ou 45 jours fin de mois. 34 accords interprofessionnels dérogatoires ont été homologués en prévision d'une mise en conformité progressive jusqu'au 31décembre 2011. Au 1er janvier2010, l'Observatoire des délais de paiement notait qu'en moyenne ceux-ci s'étaient réduits pour atteindre 49 jours de chiffre d'affaires pour le crédit clients et 56 jours pour le crédit fournisseurs. Les retards de paiement se situaient en moyenne à 11,6 jours. 61% des entreprises auraient bénéficié d'un gain de trésorerie. La CGPME, dans une enquête menée entre mai et juillet 2010, relevait toutefois que la LME avait induit des comportements sujets à controverse, tels que demande de gestes commerciaux ou du report de la date de départ du délai de paiement.

«Une créance de deux ans est morte»http://goo.gl/GNDg8

.

Dossier réalisé par Caroline Scribe

Via Le Journal Des Entreprises - Gérer - Impayés.Les méthodes efficaces pour faire rentrer votre argent

 

Ce que je trouve extraordinaire dans ce genre d'article c'est que l'on continue de parler uniquement de curatif, comme si c'était la seule solution ! En résumé, de la gestion à  court terme sans jamais chercher à optimiser les flux, ni minimiser le recouvrement.

A quand une vision à moyen et long terme qui prenne en compte les sources de ces impayés, les litiges liés aux CGV, à la prise de commande, à la facturation ou à la livraison ? On préfère encore prendre le risque de perdre de l'argent et des clients, au détriment des marges et du développement de l'activité de l'entreprise.
Quand va-t-on se poser en amont la question de savoir si l'on fait le choix de livrer ou non un client qui règle mal, pour quel montant et à qu'elles conditions ? Prévenir plutôt que guérir...

Et oui, la prévention et la gestion du risque client sont les seules armes efficaces pour optimiser le recouvrement, même si toutes les PME n'ont pas les moyens d'embaucher un Credit Manager, cela reste quand même du bon sens !

Qu'en pensez-vous ?
Qu'elle est votre vision du recouvrement et de ces enjeux ?