Après une baisse sensible en septembre (-1,4% par rapport au mois de septembre 2010), les défaillances d’entreprises ont renoué avec un glissement annuel en hausse en octobre (+1,1%), pour le quatrième mois depuis le début de l’année.

Sur les 3 derniers mois cumulés (août-septembre-octobre), le bilan affiche une légère hausse (+0,7% par rapport à la même période de 2010). En tendance, la dynamique d’ensemble reste orientée à la baisse mais de façon moins marquée que sur les mois précédents (-2,6% pour le cumul des défaillances depuis le début de l’année et -1,3% pour le cumul sur les 12 derniers mois), avec toujours avec des exceptions notables d’un point de vue régional (Franche-Comté, Picardie et DOM en particulier), sectoriel (services aux particuliers), structurel (grandes entreprises) et juridique (poussée des procédures de sauvegarde).

En données cumulées sur 12 mois à fin octobre, le nombre total de défaillances se maintient toujours à un niveau élevé d’un point de vue historique, soit près de 62 000 défaillances et une hausse de la sinistralité de +3% est attendue en 2012.

Encore 10 régions doivent faire face à une hausse de leur sinistralité

Sur les 12 derniers mois cumulés à fin octobre 2011, l’évolution des défaillances est en recul dans 12 régions de l’Hexagone, avec un repli plus prononcé en Corse, Ile-de-France, Auvergne et Alsace, mais plus limité en Nord-Pas de Calais, Pays de Loire et Haute-Normandie. Outre les DOM, l’évolution reste en revanche positive dans 10 régions, en particulier en Picardie et en Franche-Comté où les défaillances demeurent en hausse de plus de 8%.

La sinistralité des entreprises de plus de 15 millions d'euros de CA augmente

La tendance au repli des défaillances est générale, à deux secteurs près : dans les services aux particuliers, toujours en forte accélération (+10,3%), et dans les secteurs non spécifiés (+19,8%) qui regroupent majoritairement des TPE. La baisse reste marquée dans le transport (-15,2%), devant l’industrie et la construction; elle demeure plus modérée dans l’immobilier, l’hôtellerie-restauration et le commerce, en particulier du fait du commerce de détail (+0,9% sur 12 mois).

En termes de tranches de chiffre d’affaires, la tendance annuelle au repli des défaillances se prolonge, en particulier pour les entreprises jusqu’à 0,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une exception significative pourtant : les entreprises de plus de 15 millions d’euros de chiffre d’affaires ont vu leur sinistralité augmenter de +7,8% sur 12 mois.