• Les défaillances petites entreprises multiplient

    Les défaillances de très petites entreprises se multiplient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les défaillances de sociétés de un ou deux salariés ont bondi de 30 % au troisième trimestre, selon Altares.La situation s'améliore pour les PME.

 

Les très petites entreprises, celles d'un salarié ou deux, sont en train de payer la crise au prix fort. Selon le baromètre de la société Altares, au troisième trimestre 2014, ce sont les petites structures qui ont le plus souffert : 4.861 entreprises d'un ou deux salariés - sans compter les autoentrepreneurs - ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire, soit une hausse de 30 % par rapport à la même période de l'an passé. Les artisans, notamment dans la construction, la réparation automobile ou encore la restauration sont très touchés. « Pour ce type d'entreprises, vu la volatilité des affaires et la fragilité des sociétés, il suffit d'une météo défavorable, pour la restauration par exemple, ou d'arbitrages de la part des consommateurs à certains moments de l'année pour que les comptes tombent dans le rouge, explique Thierry Millon, responsable des études au cabinet Altares. Une entreprise d'un ou deux salariés doit avoir une activité qui lui permette de faire face aux charges fixes. Sinon tout coup dur peut très vite se traduire par une défaillance. » goo.gl/BxTWAE

 Guillaume de Calignon |

Inégalités régionales
Le Limousin, la Franche-Comté et la Lorraine sont les trois régions dans lesquelles les défaillances d'entreprise ont le plus augmenté au troisième trimestre. Dans le Limousin, par exemple, elles ont grimpé de plus de 15 % par rapport à la même période de 2013.
En revanche, le nombre de défaillances a reculé de 21 % en Alsace et de 14 % en Aquitaine.