Le nomble de défaillances d'entreprises en 2014 est retombé au niveau de 2008
Le nomble de défaillances d'entreprises en 2014 est retombé au niveau de 2008

Sans être le grand jour, c'est un clignotant de l'économie française qui est en train de passer au vert. En 2014, le nombre de défaillances d'entreprises a légèrement reculé de -0,8%, avec 62 600 sociétés touchées. Même si ce niveau est encore historiquement élevé, selon le 10 éme baromètre des cabinets spécialisés Deloitte et Altares, l'un des signes positif est la baisse significative des défaillances de l'ordre de 5% au dernier trimestre 2014 avec moins d'ouvertures de redressements judiciaires (-7%).

«Ce chiffre est le meilleur depuis trois ans et le nombre de PME défaillantes (10 salariés et plus) est au plus bas depuis 2008», précise l'étude. En revanche, les difficultés restent, cependant, fortes pour les très petites entreprises de un ou deux salariés. Là, les défaillances de ces TPE augmentent de 18 % sur l’année et encore 22 % sur le quatrième trimestre. Dans ces condtions,le coût social, c'est à dire les personnes dont les emplois ont été supprimés est retombé sous le seuil de 250 000 emplois, soit 20 000 de moins qu'en 2013.

Une amélioration dans de nombreux secteurs. Dans la plupart des activités, une amélioration est sensible. C'est le cas de l’industrie manufacturière, qui avait atteint des niveaux de défaillance inédits en 2009 avec plus de 4 000 entreprises. «En 2014, nous retombons sous le seuil des 3 000 procédures, dont 2 850 cessations de paiement (- 4,5 %), un chiffre au plus bas sur dix ans», explique l'étude, avec un bémol toutefois dans la mécanique industrielle (+20% par rapport à 2013). L'industrie agroalimentaire et le service aux entreprises résistent mieux. Globalement, le commerce est lui aussi repassé dans le vert, même si plusieurs activités sont dans le rouge comme les supermarchés ou la vente de détail de chaussures, les pharmacies. Même si le marché automobile en France s'est redressé en fin d'année, 2 142 garages ou concessions automobiles ont baissé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr